Catégories
Motifs de Consultation publication scientifique

L’ostéopathie diminue la sévérité du syndrome de l’intestin irritable : Essai contrôlé randomisé pilote en simple aveugle

ventre atteint de SII

Résumé en anglais sur Pubmed.

Blanche-Maëlle Florance  1 , Gregory Frin, Raffaella Dainese, Marie-Hélène Nébot-Vivinus, Eugénia Marine Barjoan, Sophie Marjoux, Jean-Pierre Laurens, Jean-Luc Payrouse, Xavier Hébuterne, Thierry Piche

Publié dans l’ European Journal of Gastroenterology & Hepatology 2012 Aug;24(8):944-9

Contexte:

Les auteurs de cette étude pilote constatent que les patients souffrant de syndrome du colon irritable ont un intérêt grandissant pour les médecines alternatives, y compris l’ostéopathie.

Objectif:

évaluer l’effet d’une prise en charge ostéopathique sur la sévérité du syndrome du colon irritable dans une étude contrôlée randomisée avec traitement placebo.

Méthode: Les auteurs ont inclus prospectivement 30 patients atteints de syndrome de l’intestin irritable (23 femmes, 7 hommes, âge moyen 45,8 ± 16,4 ans) répondant aux critères de Rome III. Les patients ont été randomisés avec un rapport 2/1 pour recevoir soit l’ostéopathie soit un placebo ostéopathique (20 patients traités par ostéopathie / 10 patients traité par un placebo). Deux consultations ont été effectuées dans les deux groupes avec un intervalle de 7 jours (consultation à JO et consultation à J7). Les patients ont été suivis sur une période de 3 semaines (jusqu’à J28). Le critère de jugement principal était l’amélioration d’au moins 25 % du score de sévérité SII à J7 (score des symptômes spécifiques du Syndrome de l’intestin irritable). Les critères de jugement secondaires étaient l’impact sur la qualité de la vie, sur des facteurs psychologiques, et sur les habitudes de défécation.
Le score de sévérité SII est un score des symptômes spécifiques du SII (IBS symptom severity scale). Cette échelle évalue la sévérité des plaintes et leur impact sur la qualité de vie. Un score de 75-174 = symptômes légers, de 175-299 = symptômes modérément sévères, de 300-500 = symptômes sévères. Ainsi une baisse de 25 % du score de sévérité correspond à une baisse de 125 points.

mains sur ventre traitant troubles digestifs

Résultats:

Le score de sévérité a diminué dans les deux groupes à J7 et J28. A J7, cette diminution était significativement plus marquée chez les patients recevant l’ostéopathie par rapport à ceux recevant la procédure placebo (-32,2 ± 29,1 vs -9,0 ± -16,0, p=0,01). Cette différence n’a malheureusement pas persisté à J28 (p=0,4). L

A J0 le score de sévérité du SII était de 304.5 (230-324) dans le groupe traité et 266 (230-289) dans le groupe placebo. Le groupe traité par ostéopathie a été significativement amélioré, la sévérité à J7 était de 190 (111-190) et à J28 de 229 (133-283), correspondant respectivement à 33,7% et 25, % d’amélioration. La procedure placebo a aussi réduit la sévérité du SII à 16% à J7 (228 (184-268)) et 24% à J28 ( 191(152-270)) La réduction du score de sévérité à J7 était donc significativement plus prononcé dans le groupe traité . Cependant la différence n’est plus significative à J28.

Se la même façon que pour le score de sévérité l’amélioration de la qualité de vie était plus marquée à J7 dans le groupe traité comparé au placebo mais il n’y a plus de différence significatives à J28.

La fréquence des selles et la consistance ne sont pas significativement modifiées.

Conclusion:

L’ostéopathie semble diminuer la gravité des symptômes du SII et son impact sur la qualité de vie à court terme. Malheureusement, aucune différence statistiquement significative n’a été mise en évidence à J28. Le critère de juge-ment principal étant ambitieux et les effectifs assez faibles, d’autres recherches doivent être menées afin d’évaluer l’impact de l’ostéopathie dans la prise en charge des symptômes du syndrome du colon irritable.

Le mot de l’ostéopathe Blanche-Maëlle FLORANCE:

Cette étude a été réalisée entre 2008 et 2011 dans mes premières années d’exercice en tant qu’ostéopathe. Les patients inclus dans l’étude venaient du CHU de Nice et étaient en moyenne avec un score de sévérité du SII dans la catégorie sévère. Ils étaient déjà sous traitement médical et les résultats montrent l’effet de l’ostéopathie en plus du traitement médical et non à la place du traitement.

Avec mon expérience de plus de 10 ans dans ce domaine, après avoir reçu des centaines de patients atteints de troubles digestifs je constate que pour ces pathologies chroniques il faut un suivi de plusieurs séances pour que l’effet dure dans le temps. Les symptomatologies et les histoires sont extrêmement variables et j’avance petit à petit avec chaque patient. J’adapte les séances et leur espacement en fonction de l’amélioration des symptômes.

L’ostéopathie traite le patient en globalité et améliore tout l’état général. Les patients sont soulagés non seulement au niveau digestif mais aussi de leur dos et tout leur corps.